Performance et viabilité des services d’eau : la SONEB engagée à réduire ses pertes d’eau à 20%

Le souci de la performance, de la viabilité économique et de la pérennité des services d’eau, afin surtout d’une meilleure prise en compte des couches les plus vulnérables de la population ont motivé l’initiation de l’un des projets les plus innovants de l’entreprise : la réduction de 27% à 20% de ses «eaux non facturées) ENF d’ici l’horizon 2020.

La Société Nationale des ‪#‎Eaux du Bénin (‪#‎SONEB) est plus que jamais engagée à devenir l'une des entreprises les plus performantes de la sous-région en matière de service public de l'eau. Dans ce sens, appuyé par la Banque Africaine de Développement (BAD), la SONEB a initié et démarré un projet reconnu par tous les acteurs comme inédit. Il s’agit du "PROJET DE RÉDUCTION DES PERTES D’EAU ET D’AMÉLIORATION DE LA VIABILITÉ DES SYSTÈMES D’ALIMENTATION EN EAU POTABLE DE COTONOU, PORTO-NOVO ET LEURS AGGLOMÉRATIONS". Ce projet qui n’entre pas dans le cadre des habituelles constructions d’infrastructures, vise plutôt à permettre à la SONEB de s’engager sur l'amélioration de sa performance opérationnelle et financière, la viabilité des services et l'amélioration du rendement des réseaux pour un meilleur accès des populations à l'eau potable, surtout les couches les plus vulnérables. Tout ceci passe par un engagement ferme de la SONEB à réduire efficacement et sensiblement ses pertes d'eau (eaux non facturées ENF) en passant  de 27% à 20% d'ici 2020. C’est dans cette vision et ambition que la SONEB a initié du 09 au 12 février 2016 au Centre de Formation aux Métiers d’eau de l’entreprise (CFME-SONEB),  un important atelier autour du projet. Y ont pris part les cadres de la BAD et de la SONEB, les responsables des Ministères des de l'Eau et Finances, de la Primature ainsi que des Partenaires Techniques et Financiers.

Pour le Représentant de la BAD, M. Daniel NDOYE, le projet que son institution appuie permettra de gérer de façon innovante et moderne les  installations de la SONEB, de rénover les équipements, d’installer plus de 40.000 nouveaux compteurs intelligents de dernière génération et surtout d’impacter les couches les plus pauvres de la population dans les villes de Cotonou, Porto-Novo et leurs agglomérations. Le DG SONEB David BABALOLA a expliqué : "...On ne peut pas alimenter en eau potable les populations sans qu’il y ait des pertes ! Mais si nous pouvons réduire nos pertes, nous gagnerons en termes de quantité et en termes de charge d’exploitation. Car les eaux que nous perdons sont des eaux déjà traitées. Nous gagnerons en intrants, en produits de traitement et cela pourra impacter favorablement le coût de production et naturellement le coût de vente de l’eau.»  Grâce à ce projet donc, (qui devient un projet pilote pour la sous-région), la SONEB est assurée dans les années à venir, de sécurité l’alimentation en eau potable des populations béninoises pour le futur, en anticipant sur les effets des changements climatiques. « Nous voulons faire de ce projet, un projet pilote pour la sous région et qui permettra à tous les acteurs du secteur de l'eau en général, d'être en avance sur le contexte du changement climatique..." a martelé le Dg SONEB David BABALOLA.